Divers

Le télescope de Newton, une merveille d’ingénierie à l’histoire passionnante

Depuis la longue-vue, jusqu’à l’invention du réflecteur, les instruments astronomiques n’ont pas cessé d’être revisités. Et cette évolution ne s’arrêtera sûrement pas à la découverte du télescope de Newton.

Le télescope de Newton, une invention qui défraie la chronique

Révolutionnaire, ingénieux et pratique, tels sont les mots qui décrivent le mieux le télescope inventé par Isaac Newton. C’est grâce aux travaux de James Gregory, en 1663, que ce grand homme a su révolutionner les concepts. En agençant des miroirs dans un tube optique, il a réussi à supprimer l’aberration chromatique constaté dans les rétracteurs d’antan. Le principe est simple, Newton a utilisé 2 miroirs pour rendre l’image moins floue.

Le premier, initialement fait en bronze, servait à collecter la lumière, tandis que l’autre, plus petit, la redirigeait vers un oculaire. Il faut dire que, avec à ce système, les télescopes de Newton offraient un visuel plus net en plus d’être beaucoup moins imposants que les lunettes astronomiques géantes du XVIIIe siècle. Cela dit, l’invention de cet astronome et physicien aguerri n’était pas sans failles. En effet, le miroir de bronze s’oxydait relativement vite, ce qui rendait les observations moins lumineuses au fil du temps.

Un miroir pour voir plus clair

Une fois de plus, le domaine de l’astronomie allait connaître une révolution. C’est Justus von Liebig qui est l’auteur de ce changement. D’origine allemande, ce chimiste chevronné a réalisé des expériences pour mettre en évidence la présence d’aldéhydes dans un élément. En 1835, tout à fait par accident, il a remarqué que l’argent pouvait se déposer sur le verre grâce à la réduction chimique d’une solution de nitrate d’argent.

À l’époque, il ne le savait pas encore, mais il venait de déclencher un eurêka. Justus von Liebig a découvert le moyen de préserver l’éclat des miroirs. Sans surprise, cette invention trouva vite sa place dans le télescope de Newton. Dès lors, les observations sont devenues plus claires, mais cette qualité d’image avait un prix. L’argent, un métal précieux, valait bien plus cher que le bronze. Tout le monde ne pouvait donc pas se permettre le luxe d’avoir un télescope chez lui. Ce prestige n’était réservé qu’aux riches et bien sûr aux scientifiques.

De nouvelles idées pour révolutionner l’astronomie

Inaccessible au grand public, les télescopes inventés par Newton n’ont pas fini de faire parler d’eaux. Un autre rebondissement fulgurant allait marquer son histoire. La découverte de l’aluminium à partir de 1825 a grandement contribué à son évolution. En effet, cet élément chimique a remplacé l’argenture des miroirs au fil du temps.

Son avantage réside principalement dans son éclat. À titre de comparaison, l’aluminium réfléchit 82 % de la lumière contre 65 % pour l’argent. Un taux non-négligeable, surtout quand on souhaite percevoir des images de qualité. De plus grâce à la production de l’aluminium par électrolyse, le coût des miroirs a baissé fortement. Cela dit, un seul changement n’est pas suffisant pour nourrir la soif démesurée des astronomes à vouloir toujours révolutionner les concepts. En 1672, Laurent Cassegrain, un prêtre et physicien français, propose un nouveau modèle basé sur le télescope de Newton.